Dans ce blog, j'ai déjà tenté par 2 fois de faire une note qui s'étale sur plusieurs jours. Une fois en 2005, une autre en 2006, 2007 n'échappera donc pas à la règle.
Cela pour contrer le défilement des infos éphémères qui finissent par tomber dans l'oubli. Cette petite rébellion interne et personnelle affecte ainsi la nature du blog, et de son post quotidien, qui par ce biais ne fait pas exception à cette loi propre aux médias et aux traîtement de l'information tel qu'il est pratiqué partout.
Les 2 fois j'ai échoué; j'avais tenté de traîter un sujet sur plusieurs jours, mais la note changeait et finissait par être difficilement lisible. Là je commence simple : je liste ce qui parvient à mon entendement. En grossissant, il est possible que j'organise, que je catégorise les éléments qui vont s'agréger petit à petit, mais je m'en tiendrai pour le moment à un listage simple, agrémenté de quelques commentaires persos.
Il n'y a pas que le côté éphémère qui soit dérangeant pour un intellect qui cherche à se construire une vision d'ensemble des choses, la plus juste qui soit humainement possible. Il y a aussi la diversité et le nombre des évènements, et il est bien possible que cette note elle-même finisse par rencontrer une limite quantitative assez vite. Peut-être que je finirai par en faire un blog en lui-même. Pour le moment j'en suis là.
C'est parti

Depuis le 04 octobre 2007, j'ai noté que l'actu montre des signes de mouvements de fond des différents acteurs sociaux...
- L'affaire EADS, avec le délit d'initiés montant jusqu'à très haut dans l'état,
- Simultanément, très ironiquement par rapport à ce qui précède, la dépénalisation du droit des affaires par le garde des sceaux. Ce qui me fait penser que les auteurs d'abus de bien sociaux sont exemptés de fichage génétique au contraire du môme de dix ans qui vole une balle rebondissante en plastique dans un supermarché.
- L'action du DAL d'aujourd'hui avec l'installation des tentes devant le ministère de la crise du logement,
- Le cafouillage parlementaire et médiatique de la loi sur l'immigration de Hortefeu ( verbeuse et inapplicable, qui plus est, ai-je entendu dans les rangs de la droite même ); médiatique car les médias se focalisent sur ce point du test ADN et en occultent d'autres comme la suppression de l'hébergement de secours pour les sans papiers, ainsi que la réduction du délai de droit de recours de 1 mois à 15 jours
- L'évocation ici et là par les commentateurs économiques d'un contexte de crise mondiale, de ralentissement général de l'économie,
- Les déclarations par Michael Bloomberg et d'Alan Greenspan, excusez du peu, d'un risque fort de récession mondiale proche
- La prise en compte de plus en plus récurrente de l'injonction écologique dans les discours,
- La taxation des stocks options pour renflouer la sécu ( idée de Sarko hier, qui doit faire se pâmer la droite classique et ahurir Laguiller de le voir venir sur les plates-bandes de l'extrême-gauche )
- La suppression de je ne sais combien de postes de fonctionnaires, avec en surplus la révision de fond en comble des statuts du fonctionnariat
- Les tribunaux qui sont engorgés par le droit au recours des expulsables, et dont ne parlent pas les médias
- Les quotas d'immigrés à expulser qui mettent les flics du terrain dans une situation impopulaire et à forte tendance raciste
- Les radars dont le nombre va doubler d'ici à 5 ans
- La population carcérale qui a atteint un record en septembre 2007 en dépassant les 64 000 détenus, ce qui fixe le taux d'occupation générale à 120% par rapport aux places disponibles, et à plus de 200% dans certaines prisons. Cela depuis des années. L'Observatoire International des Prisons a d'ailleurs épinglé la France pour le traîtement indigne de certains des détenus, ce qui la fout bien au passage pour un pays qui se vante dans le même temps d'avoir enfanté la déclaration des droits de l'homme. Et où est passé Outreau, qui parle des milliers d'innocents qui sont en taule en ce moment même ?
- La réforme des retraites et des régimes spéciaux ( 7% de toutes les retraites parait-il, et incluant celle des parlementaires eux mêmes, comme les 1584 euros mensuels alloués à tout député qui a siégé ses 5 ans, avec doublement s'il siège 10 ans, triplement si 15 ans, etc... )
- La réforme du droit du travail avec ces histoires d'heures sup
- Le rapport sur le stress au travail qui, apparemment fait des dégâts mentaux en bon nombre
- Le surendettement qui augmente régulièrement de 14% par an depuis 12-13 ans
- L'immobilier hors de prix.
- La délinquance et ses chiffres, dont on ne parle plus. Les gangs qui se développent
- La croissance qui fond comme la banquise, l'absence flagrante de traîtement par les médias dominants de l'idée radicalement contraire de décroissance
- La hausse des prix des affaires courantes comme celles des céréales
Et tout ça dans une ambiance presque... cool, pub quoi.

Je n'ai pas tout dit ( le contrat de travail unique qui est en préparation par exemple ) mais tout ça fait déjà beaucoup. Le tableau est tellement gris que cela laisse augurer je ne sais quel cataclysme ( social, sans parler du climatique ); ça se sent quoi, non ?
Trop gris peut-être...