Je ne crée plus de poèmes, prose ou non, depuis longtemps. Je suis comme un caillou lisse érodé par le fleuve du virtuel... C'est la vraie vie, lvv, qui me fabrique en ce moment...

 

En fait, le genre de ce qu'on écrit n'importe pas, il y a juste à faire l'acte quand on sent à peu près que... ça vaut le coup d'être fait, pour une bonne raison, ou une autre bonne raison... juste écrire...

 

C'est une sorte de dilution, de confusion, tout se mélange... C'est en marche en ce moment même. Au bout du bout, le résultat politique, c'est l'arbitraire et donc du sang qui coule. L'humanité cherchera en même temps à atteindre son maximum intellectuel de fonctionnement pratique : l'automatisation; donc dans l'arbitraire il y aura des structures abstraites d'acier trempé.

 

Tout est matériau. Tout. Surtout ce qui n'apparaît pas en être de prime abord.

 

Le néant aurait engendré l'être, donc la matière, pour éclairer son inaccessibilité... Donc la matière. Donc la matière fabrique son explication du néant au néant pour qu'il(s) se comprennent.

 

Aucune importance.

 

Amour...