Sonné de révolte. Tout ce que j'entends venant des médias à propos de la politique  entre en contradiction avec ma tête . Je n'en finis plus de faire de la résistance mentale.

J'ai même entendu un socialiste dire ce que je pense, ça m'a interpelé, et puis je me suis souvenu que les socialistes n'arrêtent pas de se/nous trahir une fois aux affaires, que ça rejoint la politique statistico-publicitaire de la vitrine Sarko : on prend des sondages maisons et on dit comme eux, comme ça la majorité est d'accord, et je fais ma tambouille à moi en coulisses, qui n'a rien à voir mais que je présenterai comme adéquate et cohérente :  "je ne change jamais d'avis", tout ça après avoir voulu mettre en place la dépénalisation du droit des affaires, puis lors de la crise, "rechercher les coupables et sanctionner" ( ce qui revient donc mettre les menottes à sa propre idéologie ) pour finir par ne plus parler des sus-dits coupables. Voilà... super. De quoi se faire un noeud aux neurones.

Résultat : souffre mon ami, c'est prévu dans la dette publique.

Ça va très très mal tout ça...