Je crois qu'on s'est perdu(s ?), comme le temps, comme le paradis, un jour d'adolescence, ou dans un jour d'enfance, dans une offense.

Et depuis on se cherche.

Il y en a qui se retrouvent, et ne s'abandonnent plus. Ne s'abandonnent plus.

Il y en a qui se retrouvent et se perdent encore, et se recherchent encore, abandonniques.

Dans la perte de soi, perte-recherche-retrouvailles-perte-recherche, il y a ce gouffre oui gouffre plus proche, trop proche de ce que nous étions, que de ce que nous sommes somme devenus à coups de gouffres.

Et se recherchent encore, encore en corps.

A la belle explosion. A la mutualité. La pacifique.

 

... :)