Il y a un bug sur la connexion avec le futur.

Depuis 2 ou 3 jours.

Nous sommes le 20 mai 2009.

Voilà ce que la connexion racontait lors de ses derniers instants :

"Il y a en ce monde une nature et une sorte de seuil de verre à l'intérieur de la nature, qui est l'homme se pensant lui-même.

Il y a donc le naturel, et au-delà de ce seuil, il y a l'artificiel.

J'ai lu un jour chez Stirner, théoricien de l'anarchisme individualiste, que les Anciens avaient déployé une énergie considérable à faire en sorte que l'homme se pense comme extérieur à la nature. En admettant l'assertion, on se retrouve donc dans une tradition paradoxale qui est le rejet de la nature par les Anciens, peut-être pour se libérer de sa jungle et de sa cruauté politiques. La tradition aurait donc eu pour conséquence de reconstruire artificiellement un monde de l'homme pour lui-même. Voire carrément de reconstruire l'homme.

Il y a de fortes chances pour que l'on joue à l'avenir avec notre corps jusqu'à en faire ce que l'on veut, tant sur le plan fonctionnel qu'esthétique. Ça semble presque être la convergence du principe de réalité comme de celui du plaisir. Et puis... jouer avec son corps... c'est un sport métahistorique et international, voire universel, non ?

C'est juste qu'aujourd'hui, les moyens sont inédits, et le graal semble donc plus proche que jamais : génétique, chimie, nanotechnologie, représentation informatique du corps, bionique, etc...

On devrait vivre vieux, très vieux. On pourra réversiblement changer de sexe, d'apparence, de cerveau peut-être.

En traversant des montagnes de corps morts, des océans de solitude, et des incendies d'efforts...

Un très très puissant cyclone de couleurs...

Il y a encore en ce bas-monde une arrièration sociale aberrante