Je viens de finir un cdd de 3 mois de travail de nuit. Là il est 4h22 du matin et j'ai fini il y a une heure ma dernière journée.

J'ai tout donné. Je n'aimais pas ce boulot mais j'ai tout donné. Force physique et allant psychique.

Il était très physique ce taf. Du genre à me faire perdre régulièrement un kilo en 36 heures en bouffant comme un porc. Ou à boire un litre et demi de flotte en 8 heures sans avoir le besoin d'aller aux toilettes tellement je transpirais. J'ai durci mes petits muscles, durci ma poignée de main, et mis de la calle sale sur mes doigts.

Activité physique pendant 7 ou 10 heures, de nuit, en milieu réfrigéré ( avec des allers retours incessants entre dehors 20-25°C et dedans 2°C ou -25°C, soit jusqu'à 50 degrés d'amplitude thermique en moins d'une minute ), et cela sans pause. On mangeait en bossant. Je sais c'est pas légal mais la somme de travail plus le temps imparti demandaient cela et j'avais décidé de jouer le jeu. Pour voir.

Je rentrais à 5 ou 6h du matin et je dormais jusqu'à 10 heures, parce que le matin j'avais mon petit à garder et qu'il hurlait son biberon vers cette heure là, quand ce n'était pas à 8h. Il m'arrivait 2 fois par semaine de finir à 5 ou 6h du matin pour rembaucher à 18h le même jour ( j'avais 2 horaires possibles )

J'ai fait quelques conneries, 3 ou 4 relativement importantes, la fatigue et la vitesse à fournir aidant. On m'a fait des remarques volontairement vexantes pendant les 2 premiers mois. J'ai tout pris en compte, j'ai essayé d'améliorer chaque jour la prestation. Et mes collègues ont fini par m'apprécier et à me parler normalement.

Je devais être renouvelé pour 3 mois, et changer de poste.

Mais j'ai appris ce soir, en embauchant que non, on ne renouvellerait pas le contrat.

Trop d'erreurs selon le boss. Trop coûteuses. La plus coûteuse d'entre elles s'est montée à plus de deux mille euros.

Le boss a dit qu'il n'avait pas confiance.

Une des personnes du travail a entendu mon boss parler de moi à son adjoint. Il a dit qu'il avait l'impression que je ne comprenais rien à ce qu'on me disait. Rien. Croyez-moi pourtant, faut pas être une lumière de saint cyr pour faire ce taf. Même s'il a ses impératifs et demande une certaine manière de penser. Question niveau scolaire, voire QI, je suis en principe bien au-dessus.

C'est ahurissant, le ressenti, parce que quand l'entretien d'embauche avec le boss a eu lieu, j'ai eu la sensation qu'il était idiot. Dans la boîte, on ne l'aime guère : "s'il y a bien quelqu'un que je ne respecte pas dans le travail, c'est bien lui", ou "il est tellement putain", m'a-t-on dit, notamment.

Ces derniers jours, il m'a fait deux coups absurdes, qui demandaient encore plus d'implication que ce que je donnais déjà. C'était absurde. De fait, la confiance en lui de mon côté en a eu pris un coup. J'étais moins volontaire cette semaine pour resigner un contrat avec ce monsieur.

Donc en fait, ainsi qu'à chaque fois que je finis un contrat, j'ai en fait ressenti une délivrance.

Je vais regrossir le nombre de chomeurs, pour la ixième fois.

Mais là ce soir, je suis un peu psychologiquement sonné. Je m'attends à ce que les jours qui viennent soient tout le contraire de ce qu'ils furent 3 mois durant : sans aucun effort physique, dormir la nuit, aucune journée à bouffer tout ce qui traîne pour avoir assez de forces, aucune remarque vexante, si ce n'est de madame, mais à côté de ce que je me suis pris dans la gueule de mon orgueil, c'est de la soie.

Etrange cette vie quand même. Ces contrastes. Cette violence.

...