Onyx
______

Des Siècles Océaniques. De ces Océans d'Encre Noire de Chine.
Des Siècles Des Cendres Des Enfers.
Des Lubies à faire taire les Heures Vides des Airs Déserts depuis Loooongtemps...

De l'Hémoglobine Blanche dans un Sang Noir, luisant. Pétrolier.

Des Ailes pourtant, une Triple Paire Echelonnée le long de ce dos de Séraphin. Diamant dans les ordures. Une Vision Livresque.
Des Ailes et des
Gris désolants, des Cieux nuageux aux Trottoirs, et entre Eux les Visages compassés, des Murs.
Espace Totalement Triste.

Ils sourient peu ces Visages sérieux. Mais ils tolèrent. Ils souffrent, classieux et appliqués, même s'ils se loupent parfois, quand ils tentent un soutien, un effort entre leurs Peines, Grandes, qu'ils respectent, durement.
Ils sont plutôt sobres, urbains.
Ils adorent le Noir mais abhorrent le gris; ils y vivent pourtant.
Ils n'en perdent pas ce Nord: eux-mêmes.

Ils m'appellent
Bleu, de l'Ancien Monde, parfois du Nouveau. Quand je me liquéfiais dans la minéralité dépressive, avec ce vertige : cette conscience mécanique partout piquée de blancheurs, en ce noir dur, glacial: les Célestes Abysses.

Dont on ne se relevait pas.

Mais je me suis
Orangé. J'ai Vu. J'ai atteint ce teint crépusculaire.

En ce
Coeur Inconnu...jusqu'ici