Téquila faciale. Gerbe de face. La gueule entre 2 cyclones.
Blownblue, Blue clown.
Un cycle amène vite animé, le temps de partir sur un rêve
en forme de moto, bleue, immatérielle, qui décolle du
principe de réalité, avec le sourire du soleil givré,
perdu dans des haillons d'argent, à chercher la Kabbale,
ce troc de clones dans la nation des clowns, limitrophe
à celle des messies, dans le Ménon. :-)

Le ramage orange ici, des plumes liquides, turquoises
ailleurs. Du vol d'océan. Du sexe Océanique... L'odyssée
minée des larmes de sperme s'écroulant comme des montagnes,
Le sexe subsonique fronçant des ailes dans les vibrations
parastatales de ma conscience Antarctique, près du zéro
dissolu, en soule australe complexité qui se respecte.
Mes filiations enfantent l'immortalité de votre monde final,
l'orgueil écrasé par les pas néants de mes ordures.

Et que dire du deal de gel de couleurs entre rêveurs
connectés par le coeur ?
Parle à mon coeur parce que je t'aime, jeté là par le
hasard, le futur, l'inconnu, en un mot : les mots.
Tu sais les mots, ce surf invisible qui n'existe pas.

J'ai bien vu la décharge industrielle des idées sociales
faire pourrir les neurones aguerris, et faire pleurer la peau de
cancers cruellement raffinés. J'ai bien vu des milliards
d'airs broyer du petit enfant pauvre avec le sourire lumineux
de la publicité poétique. J'ai bien vu le mensonge s'instituer
en devise continentale. J'ai bien vu des murs exploser un mois
 de salaire. Oui... je n'ai rien pu Enfers. J'arrive même
pas à l'écrier comme il faut.

Des lyres m'ont donné de l'infrarouge et de l'ultraviolet,
des rayons X, gamma, toute la gamelle électromagnétique
jouée sur le xylophone vertébral de ce poète enlisé
dans un cyborg, avec mitraillage aphone de flores inclus.

J'ai ouvert toutes les portes, de la poudre d'Univers
s'est diffusée dans l'espèce, enregistrée par la Nature,
pour défoncer le cul de Lamartine, histoire d'enculer
la mort qui sert des téquilas faciales, par dessus bord.

Oh Tiens, le Nirvana...comment tu vas bien ?