Des accords incertains.

A tous les niveaux.

De l'intime au monde entier. En passant par tous les groupes humains intermédiaires.

C'est encore interne. Les collisions attendent. J'espère que non, qu'il n'y en aura pas, mais je suis un rêveur...

 

Il va sans doute falloir sortir. De soi. Un temps.

Se faire étriper. Un peu.

Et après c'est l'Inconnu.

Attache ta ceinture, ça va secouer. Dur. Concret. Pragmatique. Réaliste. C'est dans l'ère...

Le nectar poétique va couler de par la force des choses. Comme de l'humain compressé par la politique.

J'espère que non.

 

Serre les dents.

N'oublie pas de respirer.

L'onde gravitationnelle du frisson se propage.

A en hurler sa race et son bras séculaire.

Comment veux-tu qu'il n'y ait pas de grabuge, de larmes, d'enfants mutilés. Encore. Et encore. Toujours. Qui rime avec amour.

Allez vas-y étripe. Connard. Mon amour... J'en grimace...

Je ne peux pas debattre avec ton Esprit Seigneur, c'est bien le coeur du Problème. Le Problème du Coeur...

On vit à peine.

On va bientôt sous-vivre.

On devrait être libre. On n'en a que l'illusion.

Je félicite les gouvernants, c'est un sacré tour de force à si grande échelle. Je félicite les peuples, nous, toi, moi, de se laisser enfermer.

Tu sais Seigneur, si on n'est pas vraiment libre, l'Amour finira comme l'autre fois, dans les chambres à gaz, sauf que cette fois, elles seront différentes : larvées, un peu partout...

On parle beaucoup, on finira peut-être par avoir le courage de dire les choses.

Assumer, accepter, pardonner.

Aimer même qui sait...

Eviter l'automatisation mortuaire... J'espère vraiment...

( soupir )

L'inquiétude me donne des spasmes de plus en plus fréquents. Un tremblement nerveux parfois...

( long silence songeur... )

 

Père, Paix Tu es pourtant...

Paix...