J'ai compris pourquoi ils l'aiment et le glorifient tant, enfin je crois :

Il faut un coeur gigantesque,
A la mesure du désert où il se bat,
Qui finit par l'assécher...prosaïquement, chaotiquement, et inlassablement...