La situation est épouvantable. Inquiétante. Dangereuse, on dirait... un nid pour un fascisme d'état.
Je suis sonné par la connerie du gouvernement.

Le 16 juin 2002, quand au 2ème tour des élections des députés, le pays avait fini par donner TOUS les pouvoirs à la droite, j'étais catastrophé, ulcéré.
Depuis 2002, et malgré 3 votes bien à gauche, on encaisse les offenses à la liberté, les mensonges au peuple, le racisme, l'homophobie, le sexisme, la bigoterie, l'étalage crasse du fric, les trahisons politiciennes, l'asservissement au capitalisme, et l'utilisation de l'arsenal des lois comme un joujou pour asseoir et verrouiller encore et encore et encore la domination dans les idées, les médias, les écoles, les entreprises, les partis, et l'ordre par le militaire et  le policier si tu l'ouvres un peu trop.

Et tu trouveras toujours quelqu'un pour trouver ça justifié. Berné par un rhéteur quelconque.

Ce n'est pas cette jeunesse qui est dangereuse parce qu'elle casse du matériel, organise du trafic de drogue, fait des vols à la tire.
Bien sûr c'est condamnable et on s'en passerait bien. Qui défendrait ces choses là ?

Mais qui a le pouvoir, les lois, et les flics et l'armée à sa botte et est en train de te transformer ça en machine à faire obéir un peuple, à l'exploiter jusqu'à l'os en lui disant sans avoir mal aux couilles que "le travail libère l'individu" en plein journal national de 20h, au milieu de la soupe de M Durand, M Durand qui ne se rappelle pas que cette sentence est quasi identique à celle de l'entrée des camps de travail nazi qui disait aux déportés "le travail rend libre", et tout ça sous la houlette d'un Chirac qui se rend au Struthoff, le seul camp d'extermination sur le sol français, pendant que les cités flambent, à nous donner des leçons de mémoire sur le fait qu'il ne faut pas laisser la barbarie s'installer !

Ce sont eux qui sont en train de l'installer.