Je me ratai donc.
Les augures me rappelèrent à leur bon souvenir : les inévitable échecs de toutes ces phrases qui se jetaient sur les murailles de la chair et de l'esprit.
Trois jours pour sortir quelque chose et... un goût de... d'administration, de réalisme, de pragmatisme.
Je comprenais mieux ma mauvaise haleine, et les dents oculaires sur mes gencives noircies de pourriture. Pluie rutilante. J'habitais une colonie de mouches interstellaires, vieilles et grosses de deux cents millions d'années-merde.
Y aurait-il donc un problème quelque part...?...
Puis on m'administra.
Et Kafka marcha avec moi dans la froidure, les poings dans les poches, la bouche dans le col de son anorakaki, acquis, mais à qui était-il, ça ...
Personne ne se l'était programmé.
Les abysses de la hyène m'étaient inhabitables... et j'en étais fort attristé. A l'instar de cette rose qui jouait à la roulette russe.
La matière de nos vies me donnait des coups et bien des heures indésirées d'occupation. De l'occupation...
La réalité a un gout nazi parfois... Je comprends mieux ma bouche et les yeux qui en débordent...
On suppute qu'ils savent ce qu'ils font car ils réagissent et se défendent bien. Mais ils ne défendent qu'eux-mêmes...
Et cuis je me suis palmé.
Dire qu'ils étaient à la merci d'un avili béni. A voeux glands.
Ton essence coule dans le milieu professionnel. Ton administration ne souffre pas d'entrée émotionnelle mais ton intonation t'exprime.
Et en plus il l'avoue : il accuse une inexpérience sur ce niveau de longueur. Il n'a encore rien vu.
Et il entra dans le morbide...