Encore atomisé ailleurs... De la joie sans mots à la grosse baffe qui ne peut pas se dire... entre envie de suicide et sentiment de résurrection... Et pas de décor...

I've met the dead...

I've met the fool...

Je me dis parfois que comme notre planète native est comme un berceau d'où l'humanité se lèvera un jour pour aller marcher ailleurs, ce qui est une idée d'Asimov je crois, Il me semble également que le corps actuel est un berceau pour aller marcher dans un autre, d'une autre nature, probablement génétiquement modifié, sur un ou plusieurs gènes stratégiques pour pouvoir vivre sur d'autres sols, tout cela transitionellement tirés par ce qui m'occupe présentement : devenir fou :), je veux dire : s'aliéner, je veux dire... : être quelqu'un d'autre, comme une psychologie reconstruite... 

Il va de soi que tout cela m'échappe complètement 

Il est des jours où je suis béat de la vie, jusqu'à m'en fêler l'être encore un peu plus... 

Je trouve l'immobilité fascinante... 

Cet amour est possible et ne l'est pas, c'est un amour compossible... 

Suivit une brulûre... Un feu de joie... trop tiré dessus...

J'essuie quelques tirs de balles réelles qui me coulent sur la peau

Toujours ce je planté face au monde et attendant le dénuement...

Et puis l'effondrement...

 

 

Et puis... La Dame de la Sagesse a croisé mon chemin...