Je me suis sevré hier, de clopes, de web, de télé, de gens, d'écriture, de musique pré-enregistrée.
j'ai dormi 17 heures sur 24 entre 5h30 dimanche et 5h30 ce lundi matin...
J'ai juste regardé  last days,  vers 17h, qui imagine les 2 derniers jours de Kurt Cobain; le moins que l'on puisse dire c'est que j'étais en phase avec l'ambiance du film et cette... inanité, cette inertie...
En dehors de cela j'ai laissé parler le silence et le désoeuvrement, je n'ai rien fait pendant près de mes 7 heures d'éveil...
J'ai regardé ma réalité en face, rien que moi avec moi, comme un plongeon dans le petit rien du quotidien, la paix du logis, l'air seulement remué par mes propres actions pour l'animer : une douche, un repas, un peu de basse, du n'importe quoi jusqu'à s'en faire mal aux doigts.
Je ressens une sorte de profonde jouissance... potentielle parfois, enfouie sous mes inconsciences,  à simplement être.
Et puis de la peur... du serrement de coeur... à d'autres moments... car soutenir du regard le mur qui ne bouge pas d'un son, c'est parfois très dur...

Rien à en déduire, à en conclure, juste...

ça va ...

:)