Dimanche de Pâques. 10h.
Sur un écran en drap blanc qui faisait 2 mètres en diagonale, sur le mur du salon, chez un ami, je regardais ce fameux clip de musique techno qui n'est un long baiser, un long et beau dialogue de lèvres et de langues...
En face d'où j'étais, les paroissiens entraient dans l'origine du monde...
La musique était forte, et ce n'est pas la petite rue entre nous qui devait les empêcher de l'entendre.
Je me voyais les rejoindre avec mon buzz, faire ma génuflexion et mon signe de croix.
M'asseoir au dernier banc, près de la porte, et dire à la vieille bretonne outrée devant moi que "Dieu est amour, viens voir son incarnation sur mon bel écran tout rose..."
Mais j'ai pas osé.
Mince.