Lorsque vous écrivez, avez-vous en tête le public auquel vous vous adressez ? Est-il ciblé ou large ?

Je ne peux pas cibler quand j’écris car j’écris n’importe quoi. Tout ce qui me passe par la tête, je le marque sans aucune censure. J’évite systématiqument de me poser la question de la qualité de l’oeuvre.
Même si je me sens terriblement nul, je continue sans répit à noircir la page. Je descend toujours plus bas dans la nullité et je finis par trouver des trésors cachés sous les tas de merde méprisés. Ne sachant pas à l’avance ce que l’Ecriture va me révèler, il m’est impossible de viser quoique ce soit. Cibler n’est pas une démarche créative. L’art conceptuel qui prétend savoir ce qu’il va faire avant l’acte est une imposture. Ecrire est une expression incontrolable du chaos intérieur.

Extrait d'interview de Jean-Louis Costes