"La clé de voûte de notre régime, c'est l'institution nouvelle d'un Président de la République désigné par la raison et le sentiment des Français pour être le chef de l'Etat et le guide de la France." (Allocution radiodiffusée et télévisée prononcée par le Général de Gaulle le 20 septembre 1962 )

 

Je ne vais pas vous parler politique, rassurez-vous. Simplement, cet antagonisme raison/sentiment me revient à l'esprit de plus en plus souvent depuis que je blogue, alors je pense qu'une petite note réflexive sur la question est bienvenue.

La phrase de De Gaulle est là parce qu'elle avait interpellé ma mémoire quand je l'avais entendue il y a quelques années. Allez savoir pourquoi ( j'ai mon idée sur la question d'ailleurs, là aussi; le 1er janvier 1994, après un nouvel monstrueusement festif, je me rappelle m'être dit "je crois que la mémoire est liée au caractère". Bref, je reviens à ma citation :) On vote avec la raison et le sentiment, en concluais-je alors.

On vote, on fait un choix donc, après une délibération plus ou moins consciente entre ces 2... caractéristiques humaines. Et tous les choix semble-t-il se font ainsi.

Une réflexion sur la manière habituelle de l'humain pour faire face à ses antagonismes implacables, comme celui du sujet et de l'objet, serait des plus intéressantes mais ce n'est pas mon sujet, justement. A moins que ce ne soit pas mon objet. Hum :). Plus tard peut-être...

L'importance du sentiment dans ma vie s'est amplifiée au contact du blog. C'est un fait.