Une gorgée d'ensevelissement...
Et les palp(it)ations qui longent vertigissinueusement l'espace de tes couleurs...
Tant de tractactions comblent le resssssourflement néant et lent de l'asphalte qui putrit entre tes larmes de concert
Concert de langues étalées comme l'amour sur ce mystère articulé en plein tangages de sinusales polycultures et de tramways qui se déplacent en crabe indien le lent d'un circuit écartelé entre deux gens et puis de l'écume toute aussi lente qui vient si verte dans le tunnel des goûts troués et translucides, la cage à membres se délasse de son socle et puisque l'avenir s'écrase la gueule la première dans l'orison, je consumais des cathédrales, des calumars et des gens flasques, comme des écraboulis de sang qui cascadaient comme dans les brumes de mon miroir indéliscent, un peu canard et puis j'oublie tout ton naissant si sentiment de molécules et d'hormonales ralenties.

Hah....