Alors.

Alors, ils vinrent des images à cet humain en falaise marronne, luisée de ce bleu et liquide sel.
Elle crevassait en onde.
Il a phallus y croire... "rochers de femmes, soleils d'émancipation" avais-je écrit, il y a si longtemps...
L'illusion est þerçante; par foi.
J'ai de mis de l'adrénaline rouge dans mon gobelet rouge.
Poséidon et son trident prochaient des ondulations de l'images.

Les marins les bateaux, les souvenirs d'enfances, de la plage, des odeurs fortes des ports, de Surcouf et du Kent, de la liberté de Baudelaire, des poulpes géants, des scaphandres sous les mers, tranquilles sur vingt mille lieues, et Jules Verne, ce verse-eau

Mon dieu je viens de comprendre la Kabbale de mon anagramme de nom.
"Philippe, marin français, don d'écrire. "

Ça alors... ( je n'ai rien d'un marin )

Pourtant près du rift, près de la longuissime blessure de roche ridée sous les kilomètres d'eau atlantique, près du magma soufre une vie biologiquement autre, il y fait si noir, et... humainement c'est intenable.
Et puis se faire bouffer par un squale, très peu pour le lamellibranche que je fu(i)s ( n'importe quoi )

Blownblue a traversé son mort , son mur ........, bleue menthe à l'eau émotionelle , il a trouvé l'Océan.

Je me souviens d'Oléron, en janvier, il neigeait sur la plage.
Cet étonnant tapis beige et moelleux, en sable humide moucheté de tâches de blancheur gelée tout autour de nos pas.

L'océan était un mur où je contrais les vagues à m'en briser la tête, en plongeant contre, contre, contre, 30 fois contre, toujours contre, car se laisser porter sur la vague, demande aussi un effort, submarin parfois.
Et au loin la tempête de neige sur les flots, les flots de ce gris bleu glacé comme mes yeux de glace quand ils scrutent.... un autre océan... l'espace du vide....ou de la confusion de la vie terrestre, pleine d'administrations.

Et ce sel, et cet or, ce molybdène, ce potassium, tous ces atomes de la mer qui sont aussi dans nos corps, quand nous n'étions qu'un avec le liquide.
Quand nous parlions le dauphin rose
le dauphin sexe...

Et puis les drapés de la lune quand on naît, soulés vagues...

Comme un pet qui rigole
lol

Que tout finisse sur un rire d'enfant....

Amen.

 

( Un remerciement à Almerys, pour son étincelle du jour :)

( j'ai bien relu ce texte; toutes les fautes sont volontaires, aux lettres près, manquantes ou non )