Je me cassais dans les limbes ailées et liquides,
En petits morceaux,
Ma vie était facultative,
Mes Sentiments aussi,
Et la morsure...
Là-bas ils souffraient;
Ici en suspens,
Une tragédie en apnée,
De folles délices dans le coeur, à planer, dangereusement,
jusqu'à ne pas voir la circulation des visages,
Je suis fou oui, et sans ciel,
Enchâssé dans la médiocrité de ma condition,
Incapable d'en sortir,
Envie de mourir, de disparaître m'aime.

Ici tout va bien :
Deux-Janvier a mis ses beaux atours de soleil frais,
4 jours encore avant le prochain repère,
ce rare signal lumineux, la drogue corporelle parfaite.

Assoiffé de lumière, assoiffé de miracles,
La queue entre les jambes,
Et toujours le joyeux bordel des esprits,
le bordel des esprits...

Nécessité faisant loi, je reviens à Terre parfois
Cloué au sol, avachi par les glaives,
Cloué à s'en hurler de révolte, et de peur...

Je vous souhaite de faire des voeux,
il paraît que ceux qui marchent dans le vide se réalisent,
Faites des voeux, par centaines, par milliers
Faites des voeux ! : c'est la fête des voeux ! : c'est la...bonne année...