Des pleurs phosphorescents couraient le long des étincelles d'un fou, d'un feu pardon, d'un feu mansuet.

Des trocs truqués descendaient le long de ce rythme en plein canyon de sel géant qui marchait comme un cadavre infatigable.

Les israeliens, les russes, les femmes, la plume du Djebel pressentie tramait de vastes champs de bataille , des pluies taguées de verre désoxyribonucléique.

Fais marcher ta sphère de désert folle de ce ciel bleu, dette de la tête tranchée transversalement parmi les dorsales nerveuses comme des serpents coapulants s'enroulant l'un autour de l'autre.

Des bruits lumineux s'appliquaient à tomber dans ces galops d'antan du temps, dans une mare kilométrique, calculée avec du néon kryptonique, marée déferlant sur ces monumentales et rectilignes falaises d'émeraude vierge de tout cratère d'impact critérique.

Posture glacée, agenouillées, des reines carbonisées s'entretenaient entre elles sur les fils de vie à couper dans une chorégraphie sans pitié, crashée comme un lent boeing dans cette serre de poussières ocrées du songe... de ... planeurs morts... mutilés dans les ascendanses et les foules dantesques, errantes, parmi les prismes, les danses de nombres bizarroïdes parmi les ocelots, les poncifs volcaniques, les grenadiers en poudre à pain de gâteaux de vol qui va, comme un sourire autonome motorisé comme il n'est pas permis par les régulateurs verbaux, qui se balançaient comme des essuie-glaces, à droite, en bas, à gauche, en haut, à droite, et ainsi de suite en aiguilles d'entrechas mollusquéens crachotées sporadiquement sur ces immensités de sable vert en cascades d'édifications mécaniques de xylophoniques vertèbres bleues ciel.

La suite imperturbable des entiers naturels génére sa propre dose d'organes foliques.

Une science du folique.

Chaman, chaman, l'épisiotomie trône de recherches, carmin organigramme des heurisies risibles. Lime le son du sorgho, près de l'heure 27 escalier 4.

Oui je bèle, je plume et j'expédie ces pluies consternées de leur composition agrochimiquière.

Songe de la nature je fuis, coulures entre mes molécules d'espérance.

Et l'amour. Tom Pouce.

Grimaces du ventre du vendredi. Aéroglyphes. Transmentalement bondissant de nerfs en corps humains.

Smog.

Crevasse.

Poutre.

Troncatures nouées vers les asthmes rampants le long ensorcelé de ces astres buildings rongés or.

Offre commerciale excessive de l'oubli méditant sur un sol d'aiguilleurs en fourmi de gel tentaculaire cherchant à germer l'obsessante astalagmie d'energumon d'école monnaie fluidique en hélium 401.

5713705.

Tant de liberté.

Sourire masqué. Je dupe la fruiterie d'écrans gelés en plein essor converti aux spasmes. Fragments prophétiques des lames funestes.

Dessin d'effort contre-embouti dans l'urgence.

Trompe l'oeil dérouté par les mines de cuivre couvrant entièrement l'autoroute de ces ailes qui me sourient d'aide aux handicapés qui peuplent l'intelligence de mon corps céleste......

Mon ami le robot a englouti la chair d'espace qui nourrissait ces petits lapins d'enfance.

Violon.

Faim.

 

Des pleurs phosphorescents couraient le long des étincelles d'un fou, d'un feu pardon, d'un feu mansuet.

Des trocs truqués descendaient le long de ce rythme en plein canyon de sel géant qui marchait comme un cadavre infatigable.

Les israeliens, les russes, les femmes, la plume du Djebel pressentie tramait de vastes champs de bataille , des pluies taguées de verre désoxyribonucléique.

Fais marcher ta sphère de désert folle de ce ciel bleu, dette de la tête tranchée transversalement parmi les dorsales nerveuses comme des serpents coapulants s'enroulant l'un autour de l'autre.

Des bruits lumineux s'appliquaient à tomber dans ces galops d'antan du temps, dans une mare kilométrique, calculée avec du néon kryptonique, marée déferlant sur ces monumentales et rectilignes falaises d'émeraude vierge de tout cratère d'impact critérique.

Posture glacée, agenouillées, des reines carbonisées s'entretenaient entre elles sur les fils de vie à couper dans une chorégraphie sans pitié, crashée comme un lent boeing dans cette serre de poussières ocrées du songe... de ... planeurs morts... mutilés dans les ascendanses et les foules dantesques, errantes, parmi les prismes, les danses de nombres bizarroïdes parmi les ocelots, les poncifs volcaniques, les grenadiers en poudre à pain de gâteaux de vol qui va, comme un sourire autonome motorisé comme il n'est pas permis par les régulateurs verbaux, qui se balançaient comme des essuie-glaces, à droite, en bas, à gauche, en haut, à droite, et ainsi de suite en aiguilles d'entrechas mollusquéens crachotées sporadiquement sur ces immensités de sable vert en cascades d'édifications mécaniques de xylophoniques vertèbres bleues ciel.

La suite imperturbable des entiers naturels génére sa propre dose d'organes foliques.

Une science du folique.

Chaman, chaman, l'épisiotomie trône de recherches, carmin organigramme des heurisies risibles. Lime le son du sorgho, près de l'heure 27 escalier 4.

Oui je bèle, je plume et j'expédie ces pluies consternées de leur composition agrochimiquière.

Songe de la nature je fuis, coulures entre mes molécules d'espérance.

Et l'amour. Tom Pouce.

Grimaces du ventre du vendredi. Aéroglyphes. Transmentalement bondissant de nerfs en corps humains.

Smog.

Crevasse.

Poutre.

Troncatures nouées vers les asthmes rampants le long ensorcelé de ces astres buildings rongés or.

Offre commerciale excessive de l'oubli méditant sur un sol d'aiguilleurs en fourmi de gel tentaculaire cherchant à germer l'obsessante astalagmie d'energumon d'école monnaie fluidique en hélium 401.

5713705.

Tant de liberté.

Sourire masqué. Je dupe la fruiterie d'écrans gelés en plein essor converti aux spasmes. Fragments prophétiques des lames funestes.

Dessin d'effort contre-embouti dans l'urgence.

Trompe l'oeil dérouté par les mines de cuivre couvrant entièrement l'autoroute de ces ailes qui me sourient d'aide aux handicapés qui peuplent l'intelligence de mon corps céleste......

Mon ami le robot a englouti la chair d'espace qui nourrissait ces petits lapins d'enfance.

Violon.

Faim.

 

Des pleurs phosphorescents couraient le long des étincelles d'un fou, d'un feu pardon, d'un feu mansuet.

Des trocs truqués descendaient le long de ce rythme en plein canyon de sel géant qui marchait comme un cadavre infatigable.

Les israeliens, les russes, les femmes, la plume du Djebel pressentie tramait de vastes champs de bataille , des pluies taguées de verre désoxyribonucléique.

Fais marcher ta sphère de désert folle de ce ciel bleu, dette de la tête tranchée transversalement parmi les dorsales nerveuses comme des serpents coapulants s'enroulant l'un autour de l'autre.

Des bruits lumineux s'appliquaient à tomber dans ces galops d'antan du temps, dans une mare kilométrique, calculée avec du néon kryptonique, marée déferlant sur ces monumentales et rectilignes falaises d'émeraude vierge de tout cratère d'impact critérique.

Posture glacée, agenouillées, des reines carbonisées s'entretenaient entre elles sur les fils de vie à couper dans une chorégraphie sans pitié, crashée comme un lent boeing dans cette serre de poussières ocrées du songe... de ... planeurs morts... mutilés dans les ascendanses et les foules dantesques, errantes, parmi les prismes, les danses de nombres bizarroïdes parmi les ocelots, les poncifs volcaniques, les grenadiers en poudre à pain de gâteaux de vol qui va, comme un sourire autonome motorisé comme il n'est pas permis par les régulateurs verbaux, qui se balançaient comme des essuie-glaces, à droite, en bas, à gauche, en haut, à droite, et ainsi de suite en aiguilles d'entrechas mollusquéens crachotées sporadiquement sur ces immensités de sable vert en cascades d'édifications mécaniques de xylophoniques vertèbres bleues ciel.

La suite imperturbable des entiers naturels génére sa propre dose d'organes foliques.

Une science du folique.

Chaman, chaman, l'épisiotomie trône de recherches, carmin organigramme des heurisies risibles. Lime le son du sorgho, près de l'heure 27 escalier 4.

Oui je bèle, je plume et j'expédie ces pluies consternées de leur composition agrochimiquière.

Songe de la nature je fuis, coulures entre mes molécules d'espérance.

Et l'amour. Tom Pouce.

Grimaces du ventre du vendredi. Aéroglyphes. Transmentalement bondissant de nerfs en corps humains.

Smog.

Crevasse.

Poutre.

Troncatures nouées vers les asthmes rampants le long ensorcelé de ces astres buildings rongés or.

Offre commerciale excessive de l'oubli méditant sur un sol d'aiguilleurs en fourmi de gel tentaculaire cherchant à germer l'obsessante astalagmie d'energumon d'école monnaie fluidique en hélium 401.

5713705.

Tant de liberté.

Sourire masqué. Je dupe la fruiterie d'écrans gelés en plein essor converti aux spasmes. Fragments prophétiques des lames funestes.

Dessin d'effort contre-embouti dans l'urgence.

Trompe l'oeil dérouté par les mines de cuivre couvrant entièrement l'autoroute de ces ailes qui me sourient d'aide aux handicapés qui peuplent l'intelligence de mon corps céleste......

Mon ami le robot a englouti la chair d'espace qui nourrissait ces petits lapins d'enfance.

Violon.

Faim.

 

Des pleurs phosphorescents couraient le long des étincelles d'un fou, d'un feu pardon, d'un feu mansuet.

Des trocs truqués descendaient le long de ce rythme en plein canyon de sel géant qui marchait comme un cadavre infatigable.

Les israeliens, les russes, les femmes, la plume du Djebel pressentie tramait de vastes champs de bataille , des pluies taguées de verre désoxyribonucléique.

Fais marcher ta sphère de désert folle de ce ciel bleu, dette de la tête tranchée transversalement parmi les dorsales nerveuses comme des serpents coapulants s'enroulant l'un autour de l'autre.

Des bruits lumineux s'appliquaient à tomber dans ces galops d'antan du temps, dans une mare kilométrique, calculée avec du néon kryptonique, marée déferlant sur ces monumentales et rectilignes falaises d'émeraude vierge de tout cratère d'impact critérique.

Posture glacée, agenouillées, des reines carbonisées s'entretenaient entre elles sur les fils de vie à couper dans une chorégraphie sans pitié, crashée comme un lent boeing dans cette serre de poussières ocrées du songe... de ... planeurs morts... mutilés dans les ascendanses et les foules dantesques, errantes, parmi les prismes, les danses de nombres bizarroïdes parmi les ocelots, les poncifs volcaniques, les grenadiers en poudre à pain de gâteaux de vol qui va, comme un sourire autonome motorisé comme il n'est pas permis par les régulateurs verbaux, qui se balançaient comme des essuie-glaces, à droite, en bas, à gauche, en haut, à droite, et ainsi de suite en aiguilles d'entrechas mollusquéens crachotées sporadiquement sur ces immensités de sable vert en cascades d'édifications mécaniques de xylophoniques vertèbres bleues ciel.

La suite imperturbable des entiers naturels génére sa propre dose d'organes foliques.

Une science du folique.

Chaman, chaman, l'épisiotomie trône de recherches, carmin organigramme des heurisies risibles. Lime le son du sorgho, près de l'heure 27 escalier 4.

Oui je bèle, je plume et j'expédie ces pluies consternées de leur composition agrochimiquière.

Songe de la nature je fuis, coulures entre mes molécules d'espérance.

Et l'amour. Tom Pouce.

Grimaces du ventre du vendredi. Aéroglyphes. Transmentalement bondissant de nerfs en corps humains.

Smog.

Crevasse.

Poutre.

Troncatures nouées vers les asthmes rampants le long ensorcelé de ces astres buildings rongés or.

Offre commerciale excessive de l'oubli méditant sur un sol d'aiguilleurs en fourmi de gel tentaculaire cherchant à germer l'obsessante astalagmie d'energumon d'école monnaie fluidique en hélium 401.

5713705.

Tant de liberté.

Sourire masqué. Je dupe la fruiterie d'écrans gelés en plein essor converti aux spasmes. Fragments prophétiques des lames funestes.

Défunt Dessin d'effort contre-embouti dans l'urgence.

Trompe l'oeil dérouté par les mines de cuivre couvrant entièrement l'autoroute de ces ailes qui me sourient d'aide aux handicapés qui peuplent l'intelligence de mon corps céleste......

Mon ami le robot a englouti la chair d'espace qui nourrissait ces petits lapins d'enfance.

Violon.

Faim.