Je vais donner un exemple de mon malaise. Je dis bien un exemple, un symbole presque, car l'état d'esprit qui permet ce qui va suivre s'applique à tout ce qui fait vivre.

Depuis une directive européenne de 2001, la sécurité sociale n'a plus le monopole de la protection sociale des français. Pour vous en dire un peu plus là dessus, voici un extrait du journal de la santé sur la 5.

 

 

Le fait que ce soit passé à la télé, en plus des réflexions sur le libéralisme que cela m'inspire, me fait penser que ça se passe toujours comme ça : vous avez un reportage qui présente l'idée séduisante de faire des économies importantes en se débarrassant d'un vieux mammouth un peu trop rigide et étatique.

Le libéralisme exalte l'individualisme aux dépends d'une collectivité dont on subit les décisions même quand on n'est pas d'accord. C'est d'une efficacité remarquable car ça abonde dans le sens dirons-nous traditionnel en France qui consiste à taper sur l'état, qui est vraiment un truc archaïque au mains d'une caste privilégiée composée principalement d'énarques, qu'ils soient de droite ou de gauche.

Dans le reportage, vous avez un ingénieur commercial d'une grande boîte, donc un salarié, et  un médecin, donc une profession libérale qui expliquent les économies qu'ils font en se faisant rembourser par la sécu anglaise ou belge. On ne peut pas dire que ce soit des smicards ou des sdf, mais ce ne sont pas non plus des milliardaires ou des millionnaires. Ce sont des gens entre les deux, un peu plus proches du salarié ou du commerçant moyens. Comme on peut considérer que la pub règne en maître culturel et économique sur la télé,  je serais enclin à dire que la cible est très bien choisie en l'occurrence. Ça démocratise ce fait original et peu connu : on peut se libérer de la sacrosainte sécu. Ce n'est plus quelque chose de confidentiel, qui ne concerne que les 5000 français dont parle le reportage.

Ce qui est étonnant par contre, c'est que ce soit passé sur une télé du service public, France 5, alors que la sécu est aussi un service public. On va me dire : comme quoi la liberté d'information existe. Alors que tout est verrouillé pour aller dans le sens de l'état sur les chaînes privées ( il n'y a qu'à voir comme Pernaud de TF1 est bien à droite, avec les préjugés qui vont bien avec une opinion traditionnelle de droite, qui pense bien et qui fait tout ce qu'il faut pour le bien de tous et la sauvegarde des traditions ). Le fait est que ça ajoute encore au flou des opinions, des miennes en tout cas.

Après la fin du reportage, la présentatrice indique que la sécu actuelle est basée sur la solidarité. Cette sécu qui enregistre des déficits records année après année, à cause nous dit-on, du vieillissement de la population et de la surmédication ou "surconsultation" abusive pratiquée par certains usagers ( on ne dit pas au passage que ça peut être à cause des tours de passe-passe de l'état dans les finances sociales, ou de la liberté totale qu'ont les multinationales pharmaceutiques sur la détermination du prix du médicament ). Ce Titanic comme dit le mec qui présente sa vidéo sur Dailymotion. Comme si l'image négative naturelle de la sécu occultait le fait qu'après tout, elle était faite au départ pour aider tous les membres d'un pays, qu'ils soient vieux, pauvres ou handicapés, ou le contraire de tout cela.

La présentatrice dit également que si la pratique se généralisait, ce serait la fin de ce système. Bon. Ok. Plus de sécu. Et ça s'arrête là. Les conséquences de la fin de la sécu ? On ne les connaît pas, c'est très flou. On ne parle pas non plus des problèmes éventuels, comme une erreur dans le remboursement de la sécu étrangère nouvellement adoptée ( à qui allez-vous vous plaindre et dans quelle langue ? ), ou un changement de législation dudit pays.

Je me disais aussi moi que si les gens vont vers la sécu anglaise ou suédoise ou italienne, ça implique une concurrence entre les sécus européennes. Et après ? Après on ne sait pas.

Mais c'est pas grave, le p'tit gars de la classe moyenne va pouvoir enculer l'état en faisant des économies ailleurs.

L'exaltation de l'individualisme, c'est remarquable...

P.S : et je ne parle pas du foutoir judiciaire que provoque cette loi européenne. Le spécialiste du droit européen du reportage dit clairement que les juges eux-mêmes, pour des raisons de carrières, n'appliquent pas le droit. Les juges sont hors-la-loi. Quand je disais que tout était flou.